COVID-19: Situation au 02 avril 2020

Toutes nos équipes, tant en France que dans nos programmes de parrainages continuent l’action, pour certains en télétravail, afin de soutenir les enfants et les familles les plus vulnérables. Demeurons dans l’espérance !

Chaque semaine, nous actualiserons la situation dans nos pays d’action.

Image: CDC/Alissa Eckert, MS; Dan Higgins, MAMS

D’un point de vue global sur la région, le nombre de cas de Covid-19 est assez faible. Afin de prévenir la forte croissance de l’épidémie observée en Europe, les pays d’action d’Enfants du Mékong ont tous pris des décisions fortes : fermeture des frontières internationales, suppression des vols internationaux.

L’impact pour l’éducation est pour l’instant assez faible car la plupart des pays d’Asie du Sud Est tournent au ralenti sur cette période (fête des eaux ou vacances scolaires).

Grâce à notre maillage local de responsables locaux, l’action d’Enfants du Mékong est maintenue et plus que jamais nécessaire car ce sont les plus vulnérables qui risquent de souffrir encore davantage de cette pandémie. Sauf cas exceptionnels, et vous serez informés si cela concerne votre filleul, les parrainages et vos soutiens sont distribués aux familles et vont permettre, dans cette période de trouble, de subvenir aux besoins physiologiques des familles : distribution de sacs de riz, kits d’hygiène.

Evolution de la pandémie Covid-19 au 02 avril 2020

Actualité de chaque pays d’action d’Enfants du Mékong :

Vietnam    Cambodge Thailande

Birmanie Laos Philippines

 

VIETNAM : situation au 02 avril 2020

  • Il y a toujours très peu de cas au Vietnam : 123 cas à l’heure actuelle.
  • Les vietnamiens ne sont pas confinés mais c’est le pays qui est confiné: c’est-à-dire que les frontières sont fermées.
  • Les écoles et universités sont fermées.
  • Le pays a réagi avec une grande rapidité à l’annonce du Covid, en fermant tout de suite ses frontières à la Chine dès la fin janvier. En période de nouvel an Chinois et Vietnamien, cela faisait déjà 2 semaines qu’il n’y avait quasiment plus de mouvements de population entre les deux pays.
  • Le Premier ministre Phuc a chargé les autorités locales de se rendre dans chaque ruelle, chaque maison pour rechercher des personnes qui sont entrées au Viet Nam depuis le 8 mars et identifier celles qui doivent être mises en quarantaine ou diagnostiquées en raison de contacts étroits avec elles.
  • Il a réaffirmé que ceux qui ne respectent pas les règles de quarantaine et de déclaration médicale seront strictement condamnés à des amendes, voire passibles de poursuites pénales et a annoncé que les 15 prochains jours seraient décisifs dans la lutte contre l’épidémie.
  • Les personnes à risque sont suivies quartier par quartier ou rue par rue : les habitants sont emmenés en dépistage dès lors qu’il y a eu un cas dans la rue.
  • Les vietnamiens portent quasiment tous un masque lorsqu’ils sortent.
  • Les bars et hôtels d’expatriés sont tous fermés.
  • La vie continue même si l’activité est très fortement ralentie : les marchés sont ouverts, les petits restaurants de rue également et quelques entreprises.

PHILIPPINES: situation au 02 avril 2020

  • Le 02 avril, les tensions montent aux Philippines et le président Duterte menacent tous ceux qui ne respectent pas le confinement : Mes ordres à la police et à l’armée (…) Si il y a des troubles et qu’il y a une possibilité qu’ils ripostent, avec un risque pour vos vies, tuez-les par balle. Est-ce bien compris ? Morts. Au lieu de causer des troubles, je vous enterrerai »
  • Le Président Duterte a demandé et obtenu du Sénat et de la Chambre des représentants de voter l’état d’urgence nationale qui lui donne des pouvoirs accrus pour faire face à l’épidémie. Il prévoit notamment d’octroyer une subvention d’urgence à 18 millions de ménages à faible revenu d’une valeur comprise entre 5 000 et 8 000 pesos pendant un mois à deux mois, et à verser une indemnité de 100 000 pesos aux agents de santé publics et privés qui peuvent contracter une infection grave au COVID 19 dans l’exercice de leurs fonctions.
  • Les agents de santé qui pourraient mourir en combattant la pandémie recevront une compensation de 1 million de pesos.
  • Les écoles sont fermées et une quarantaine se met en place partout : écoles/universités, mall, restaurants fermés…
  • Toutefois, ces mesures diffèrent selon les iles : par exemple à Cebu et Negros, les étudiants et les + de 65 ans n’ont plus le droit de sortir, tandis qu’à Luzon des autorisations nominatives peuvent être délivrée.
  • Arrêt des liaisons inter-îles (aériennes, maritimes, terrestres)

CAMBODGE : situation au 02 avril 2020

  • Un projet de loi sur l’état d’urgence a été approuvé le 1er avril en conseil des ministres. il faut l’objet de vive critiques de nombreuses ONG de défense des droits de l’homme: privation de liberté, liberté d’expression…
  • Le Ministère de l’Education a ordonné le 16 mars de fermer tous les établissements publiques et privés et d’envoyer plutôt les enfants, jeunes et étudiants en petites vacances chez eux, ceci jusqu’à la fin du Nouvel An Khmer, soit le 19 avril.
  • Pas de confinement proposé ni imposé, mais le gouvernement a demandé aux différents ministères d’envoyer leurs fonctionnaires travailler a partir de la maison.
  • Confinement des villages si plus de deux cas s’y présentent.
  • Les grosses villes touchées par le plus de cas de contaminés sont Siemreap, Phnom Penh, Kompong Cham et Sihanoukville. Des cas isolés dans quasi toutes les autres provinces, 84 cas identifies à ce jour, pas de décès.

THAILANDE: situation au 02 avril 2020

  • Etat d’urgence décrété jusqu’au 30 avril
  • Couvre feu national décrété à partir de vendredi 03 avril.
  • Les frontières du pays sont de facto fermées puisqu’il faut présenter un test négatif au Covid-19 de moins de 72h
  • Toutes les activités ludiques sont fermées (match de boxe, cinéma, spectacles, …)
  • La région de Bangkok est en semi confinement, avec seuls les commerces de nourriture et les pharmacies ouvertes. Il n’y a pas d’injonction à rester chez soi, même si c’est conseillé par les autorités.
  • Toutes les écoles et universités (publiques et privées) sont fermées. Elles ont fermé 3 jours avant les grandes vacances officielles, mercredi de la semaine dernière. L’impact pour l’éducation des enfants est donc faible.

LAOS : situation au 23 mars 2020

  • 2 cas officiels au 23 mars.
  • Le Laos a fermé ses frontières et ses écoles préventivement dans la semaine du 16 mars bien qu’aucun cas n’ait encore été détecté officiellement (seul 120 patients ont été testés)
  • Il n’y a pour l’instant pas de restrictions de déplacement pour les laotiens dans le pays. L’activité continue, ralentie uniquement par la fermeture des frontières
  • Beaucoup de travailleurs immigrés sont revenus au pays depuis la Thaïlande, sans beaucoup de contrôle aux frontières. Il y a des chances qu’ils aient apporté le virus avec eux

BIRMANIE : situation au 23 mars 2020

  • Le ministère de la santé publique et des sports a confirmé deux cas d’infection sur Facebook (un dans les Chin Hills, l’autre à Yangon.) Il s’agit de deux ressortissants birmans, de 26 et 36 ans, qui revenaient tous deux du Royaume-Uni. (Belga).
  • Les frontières entre les états ont été fermées depuis ce we / les écoles et trainings ont été fermés ainsi que les cinémas et les lieux publics
  • Différence d’appréciation de la situation entre Yangon et le reste du pays (peu de personnes portent de masques et ne respectent les règles d’usage)
  • Conséquences économiques pour le pays : baisse du tourisme chinois (qui avait doublé entre 2018 et 2019) – fermeture d’usines notamment textile et forte baisse des exportations.

Plus que jamais, nous avons besoin de votre soutien ! Parrainez un enfant !