Aider les enfants de la petite école de Paksane May au Laos

Progression : 92%

Enfants parrainés : 13 sur 14

 

Ce programme a pour objectif de donner accès à la scolarisation et aux études pour des enfants pauvres issus de familles Khamous, originaires du nord du Laos et déplacées dans la région, et de familles de Paksane.

LA Province de Bolikhamxay

La province de Bolikhamxay est une région rurale, et avec beaucoup de flux transitoires car elle fait la jonction routière entre les deux plus grandes villes du pays : la capitale Vientiane et Savannakhet. C’est également un axe stratégique pour le trafic de drogue, d’êtres humains et de réseaux de prostitution, en raison du fait qu’elle partage ses frontières avec la Thaïlande et le Vietnam. Elle est peuplée principalement par les minorités ethniques Khamu, les Hmong, les Tai Daeng et les Meui. La grande majorité des travailleurs sont agriculteurs ou ouvriers BTP.

La ville de Paksane, ou se trouve le programme, est localisée sur la route 13 au bord du Mékong. Autour, 13 petits villages se sont créés au fil des années avec l’arrivée des populations des campagnes qui ne pouvaient plus travailler suite à l’interdiction de la culture sur brûlis. Un bidonville est apparu dernièrement sur la partie est de la ville.

LES ENJEUX LIÉS À L'ÉDUCATION

  • Le système scolaire du Laos est très similaire au système français mais l’école n’est obligatoire qu’en primaire, de 6 à 11 ans environ.
  • Les enseignants quittent les écoles publiques car le gouvernement ne leur garantit pas de salaires mensuels : il arrive parfois que des professeurs ne soient pas payés pendant plusieurs années.
  • Les familles aux situations financières les plus fragiles ne sont en mesure d’attendre la fin de la scolarité de leurs enfants et ont besoin d’eux pour supporter les coûts de la vie.

Pourtant, la scolarisation joue un rôle primordial pour les enfants. Leur permettre d’aller à l’école jusqu’au collège ou au lycée, c’est leur donner la chance d’apprendre à lire et à écrire, de ne pas travailler trop tôt dans les champs mais aussi d’être plus autonomes et de mieux comprendre le monde qui les entoure.

JE PARRAINE

LE PROGRAMME : L’ÉCOLE DE PAKSANE

L’école de Paksane May est une école privée, accueillant tous les élèves de la région du niveau maternelle jusqu’au niveau collège. Les frais de scolarité sont adaptés en fonction des revenus des familles, permettant ainsi aux familles même les plus modestes, d’y accéder. Les familles de vos filleuls qui habitent dans les villages autour de Paksane sont principalement rizicultrices. À Paksane, les profils sont plus divers.

L’action d’Enfants du Mékong vise à aider les enfants des familles les plus pauvres à accéder à l’éducation. L’école de Paksane May leur aura ouvert les portes d’un avenir différent de celui de leurs parents.

JE PARRAINE

L’action d’Enfants du Mékong vise à aider les enfants des familles les plus pauvres à accéder à l’éducation.

 

 

NOTRE BÉNÉVOLE LOCALE : CHAMPENG

Agée de 45 ans, Champeng (en bleu) est institutrice en maternelle à l’école privée Paksane May, fondée par son père et dirigée par sa sœur. C’est une femme douce et bienveillante qui entretient de très bons rapports avec les enfants et jeunes de son programme.

Issue d’une famille pauvre composée de 7 enfants, Champeng a grandi dans une cabane en bambou sur les bords du Mékong. A force de travail et de persévérance, valeurs qu’ils se sont efforcés de lui inculquer, ses parents ont réussi à s’en sortir. Conscients de l’importance de l’éducation, clé essentielle pour un avenir meilleur, ils ont veillé à ce que tous leurs enfants soient scolarisés. Mieux que quiconque, Champeng sait que l’école est le moyen le plus sûr de sortir de la spirale de la pauvreté et de réaliser ses rêves.

COMMENT EST UTILISÉ
L’ARGENT DU PARRAINAGE ?

Votre parrainage sert en priorité à la scolarisation du filleul : frais d’inscription à l’école, uniformes, livres, fournitures, etc. Une fois ces dépenses effectuées, il permet également d’acheter à manger, des vêtements chauds pour l’hiver, d’aider les frères et sœurs, de couvrir des frais médicaux…

Les garçons sont logés dans un foyer proche de l’école. Champeng conserve l’argent de leur parrainage pour couvrir une partie des frais liés à leur accueil et leur remet un peu d’argent de poche pour que le parrainage ait une réalité pour eux.

JE PARRAINE

Marion Bernard
Marion Bernard Chargée de pays Thaïlande - Laos Contact