Les familles Kachin de Putao

Les foyers de la région de Putao accueillent des jeunes filles et garçons de toute la région Kachin, au nord de la Birmanie.
Il permet aux jeunes de loger à proximité de leur lieu d’étude, dans des conditions décentes.
Loger au foyer permet également à certains de fuir les combats sporadiques qui opposent la milice Kachin à l’armée régulière.

Je parraine

Progression : 31%

Enfants parrainés : 5 sur 16

Les Kachin, une ethnie de guerriers qui militent pour leur indépendance, comptent bien défendre ses richesses.
Le territoire est traversé de combats sporadiques entre l’Armée Indépendante Kachin (KIA) et la Tatmadaw, et ce depuis 2011. Les populations sont les premières à subir ce conflit, avec une situation économique précaire et une mobilisation militaire à raison d’un enfant par famille devant servir dans la KIA. Les enjeux éducatifs sont nombreux dans cette zone en pleine guerre civile. Nelson Mandela considérait que l’éducation était l’arme la plus puissante pour changer le monde, elle le sera sûrement pour changer la situation dans l’Etat Kachin.

Si le coût de la vie a augmenté du fait de la guerre civile, le prix de l’éducation ne connaît plus de limites. Le système scolaire en Birmanie a été sclérosé par 60 ans de junte militaire. Malgré les timides réformes entamées par l’actuel gouvernement, il faudra encore une à deux générations pour que l’éducation retrouve le niveau d’antan.

Aujourd’hui les enfants ne reçoivent que 50% du programme à l’école. Pour bénéficier des 50% restant, il leur faut assister à des cours supplémentaires, appelés tuitions. Cependant leurs prix sont mirobolants et tous ne peuvent se permettre d’y assister.

De manière concrète, votre parrainage va dans un premier temps, permettre de payer les frais d’accueil des enfants, en soulageant les parents d’une somme qu’ils peinent à rassembler. La somme restante permettra de financer nourriture et cours complémentaires pour les jeunes des foyers, améliorant par la même la qualité de vie et d’étude des pensionnaires.

Soutenez les foyers