Education des filles

En Asie du Sud-Est comme dans le reste du monde, l’instruction des filles est une priorité. Plus vulnérables, souvent considérées comme des charges et victimes de discrimination, les femmes sont statistiquement beaucoup moins instruites que les hommes. La pauvreté est aussi un facteur discriminant : elle s’accompagne souvent de mariages ou de grossesses précoces et de travaux ménagers souvent imputés aux jeunes filles.

Pourtant en Thaïlande, en Birmanie, au Laos, au Vietnam ou encore au Cambodge, de nombreuses ethnies ont connu des organisations matriarcales. Encore aujourd’hui, la femme est un pivot important dans les familles. Une femme instruite se battra toujours davantage pour que ses enfants accèdent à l’instruction. Elle pourra leur transmettre ce qu’elle a elle-même appris.

  • Les filles ne représentent que 30% des enfants scolarisés dans le monde. Sur 900 Millions d’analphabètes, les 2/3 sont des femmes
  • Au Cambodge, 30% des femmes ne savent ni lire ni écrire contre 15% d’hommes.
  • Plus de 65% des femmes vivant en zone rurale travaillent la terre sans être rémunérées. 40% des femmes accèdent difficilement aux soins médicaux.
  • Un enfant dont la mère sait lire ou écrire a 50% de chances supplémentaires de survivre après l’âge de 5 ans.

Permettre aux filles d’accéder au savoir et à un emploi est un levier puissant de développement de ces pays

C’est pourquoi au Cambodge par exemple, 62% des enfants soutenus par Enfants du Mékong sont des filles qui viennent pour les 2/3 d’entre elles des 3 provinces les plus pauvres du Nord du pays. Quand l’environnement familial le justifie, les filles sont admises prioritairement dans les foyers.

Les parrainages de jeunes filles

Quelques vidéos de nos actions

Soutenez l’action de Enfants de Mékong pour l’éducation des filles en Asie du Sud-Est.

Je parraine

Nos projets de soutien à l'éducation des filles

Etudiants Yangon Birmanie
Progression : 35%

Collecté : 11 807,50€ sur 33 363,53€