Plaidoyer pour une relation épistolaire

Quelle magnifique aventure qu’une relation épistolaire. Plus qu’un échange whatsapp, qu’un texto, une lettre permet de se livrer, de transmettre de l’Amour. On la garde précieusement, on la relie. Une lettre peut sauver une vie, nous en avons la conviction.

 

Bonjour chers auditeurs, votre cher Antoine Besson étant en congé, j’ai la joie de la remplacer. Je m’appelle Guillaume Mariau et je travaille chez Enfants du Mékong depuis 6 ans. Aujourd’hui, j’aimerais rendre hommage à une démarche magnifique et spontanée. Suite à l’annonce le 18 mars dernier d’un confinement général, 10 cousins, âgé de 14 ans à 24 ans, se sont inquiétés non pas de leur propre condition mais de celles des personnes isolées, vivant en Ehpad, et dont les visites étaient alors interdites. Ils vont mourir, non pas du coronavirus, mais de solitude si l’on ne fait rien, se sont émus les 10 cousins ! L’initiative 1 lettre 1 sourire était née. https://1lettre1sourire.org/

Quelle magnifique démarche que d’écrire à quelqu’un que l’on ne connait pas pour lui réchauffer le cœur. En 1 mois, ce sont près de 113.000 lettres qui ont pu être envoyées.

« Nous avons bien reçu vos lettres, c’est merveilleux, vraiment. Tous ces sourires, sur nos résidents, confinés dans leurs chambres, quelle joie vous apportez, merci pour eux ! » témoigne une psychomotricienne travaillant dans l’un des nombreux EHPAD partenaire de l’initiative.

Si cette démarche nous touche tout particulièrement chez Enfants du Mékong, c’est parce que la relation épistolaire est au cœur du parrainage que nous proposons depuis 1958. Qu’ils viennent du monde rural, de camps de réfugiés, de bidonvilles, un point commun lie tous nos filleuls d’Enfants du Mékong : ils n’avaient jamais reçu de lettre de quiconque avant d’être parrainés. Et là, d’un seul coup, un parrain leur écrit pour les encourager dans leurs études. Chaque année, nos volontaires nous témoignent d’innombrables anecdotes d’enfants parrainés dont la motivation a été décuplée après avoir reçu une lettre de leur parrain.

Dans le sens inverse, une lettre reçue de nos filleuls, aussi pudique soit elle, nous réchauffe toujours le cœur. On découvre un peu leur culture, leur quotidien, on suit leur progression, leurs réussites et parfois leurs échecs.

Quelle magnifique aventure qu’une relation épistolaire. Plus qu’un échange whatsapp, qu’un texto, une lettre permet de se livrer, de transmettre de l’Amour. On la garde précieusement, on la relie. Une lettre peut sauver une vie, nous en avons la conviction.

Guillaume Mariau

 

Nos programmes de parrainage

Antoine Besson
Antoine Besson Rédacteur en chef du magazine Asie Reportages Contact