Le parrainage collectif

Découvrez le parrainage collectif en Thailande avec Anne !

Enfants du Mékong propose deux différents types de parrainages :

  • Le parrainage individuel vous permet de parrainer un enfant en particulier, vous suivez de près sa scolarité grâce à une correspondance et vous subvenez à ses besoins afin qu’il puisse accéder à l’éducation.
  • Le parrainage collectif, lui, permet de venir en aide à une structure comme un foyer ou un centre et donc de venir en aide à un groupe d’enfants.

Pour connaître les réalités et les besoins de ce parrainage collectif sur le terrain, nous avons été à la rencontre d’Anne, volontaire bambou pour Enfants du Mékong dans le Nord de la Thaïlande depuis 8 mois.

Bonjour Anne, peux-tu te présenter et nous expliquer où tu vis ?

« Bien sûr ! Je suis la volontaire bambou en charge des programmes de parrainage Enfants du Mékong dans le Nord-Ouest de la Thaïlande, dans la province de Mae Hong Son. Ma base-arrière, endroit dans lequel je vis lorsque je ne suis pas en visite de programme, est le foyer catholique de Maetho.

Quelle solution existe-t’il pour venir en aide à ce foyer ?

Enfants du Mékong propose donc de parrainer collectivement ces foyers et ces écoles afin que ceux-ci puissent accueillir les enfants dans de bonnes conditions. Grâce à vos parrainages collectifs, les sœurs qui gèrent les foyers et les directeurs d’école pourront acheter de la nourriture, des uniformes, et payer les factures qu’ils reçoivent tous les mois. Par exemple, dans les camps de réfugiés, les parrainages collectifs permettent à l’association KWO, avec laquelle nous travaillons, d’acheter de la nourriture et des kits de produits d’hygiène pour les nombreux enfants qui vivent dans des conditions très difficiles. Dans le foyer catholique de Mae La Noi, vos parrainages permettront au père de payer les factures d’électricité et la nourriture, frais qu’il n’arrive plus à gérer.

Aider un centre, ce n’est pas aider un seul enfant, c’est supporter l’éducation et l’épanouissement de dizaines d’enfants. Grâce à vous, ces structures peuvent continuer d’exister. En effet, dans cette région montagneuse de Thaïlande, sans ces structures, les enfants ne peuvent pas étudier. Les villages sont souvent très éloignés des écoles, et sans foyers ou dortoirs pour les accueillir, ces enfants restent chez eux et ne peuvent pas étudier.

Un immense merci pour votre aide et votre soutien ! Kop Kun Mâk Ka !!! »

Anne Zutterling