Il n’y a pas que les US qui votent cette semaine… (pour la paix)

Dimanche 8 novembre 2020 se tiendront les deuxièmes élections libres en Birmanie depuis 1990. Dans sa chronique radio hebdomadaire « L’espérance au cœur » Antoine Besson rappelle les enjeux de ce rendez-vous électoral capital dans un pays ou de nombreuses minorités ethniques sont encore en guerre civile.

Aujourd’hui, c’est d’élections importantes pour la paix que vous vouliez nous parler Antoine.

Tout à fait Nicolas. Mais autant vous le dire tout de suite, ce ne sont pas les élections américaines qui me préoccupent ici mais plutôt celles de Birmanie. Dimanche, se tiendront les élections législatives du Myanmar, les secondes élections libres du pays après celles de 2015 et la fin de la junte militaire au pouvoir depuis 1962. Rappelons tout d’abord, c’est important je crois, que si le processus de transition démocratique est bien engagé en Birmanie, le pays n’est pas encore à proprement parlé une démocratie et l’armée y conserve un pouvoir extrêmement important. Il faudrait même parler de contre-pouvoir tant elle s’oppose régulièrement à Aung San Suu Kyi et son parti, la Ligue pour la Démocratie au pouvoir depuis 2015.

À titre d’exemple, pour ces élections, l’armée a obtenu de la commission électorale que 56 cantons ne puissent par participer au vote de dimanche en raison de conflits ouverts entre l’armée et certaines minorités ethniques (135 officielles dans le pays) comme c’est le cas dans l’Etat Rakhine, l’état Shan, Wa ou Chin (soit près d’1,8 million d’électeurs au total). Sans compter les Rohingya dont la nationalité n’est pas reconnue ou bien les Birmans immigrés notamment les 2 millions de Birmans qui vivent en Thaïlande pour des raisons de procédures complexes qui ne sont pas prêtes.

Tout n’est donc pas gagné pour la démocratie en Birmanie, c’est bien cela ?

Rien n’est joué en effet et si un retour de l’armée au pouvoir est improbable, il ne faut pas pour autant écarter totalement cette possibilité tant la guerre civile est encore présente en Birmanie. Pierre-Marie Durier, analyste pour l’ambassade de France à Bangkok en 2019 et auteur de Géopolitique de la Birmanie détaillait dans notre magazine Asie Reportages le mois dernier les freins à la démocratisation du pays en ces termes : « Le premier frein, comme dans de nombreux autres pays, c’est la guerre civile, constante depuis quasiment le début de son existence moderne. Depuis l’indépendance de la Birmanie après la Seconde Guerre mondiale jusqu’à aujourd’hui, l’Etat birman n’a jamais connu la paix complète. Ce furent d’abord des guérillas communistes qui se sont battues contre le gouvernement de Rangoun, puis les fameuses rébellions ethniques dont les Karen, les Shan, les Wa ou les Kachin. Et, depuis l’an dernier, l’ouverture d’un nouveau front dans l’Etat Arakan, le même au sein duquel les Rohingya sont persécutés, où la population ethnique a pris les armes contre le gouvernement avec un niveau de violence qui ne cesse de monter. »

La paix reste donc la priorité pour la Birmanie et l’enjeu principal de ces élections. Encore aujourd’hui, malgré les nombreuses remises en cause de sa politique à l’international, Aung San Suu Kyi bénéficie encore de la confiance de 79% des Birmans selon les derniers sondages. Des Birmans réalistes qui n’ont en réalité d’autres alternatives que l’armée ou la dame.

Des miliciens karen surveillent des étudiantes en examens.
Des miliciens karen surveillent des étudiantes en examens.
Antoine Besson
Antoine Besson Rédacteur en chef du magazine Asie Reportages