Réfugiés urbains de Bangkok

Le programme d’aide aux réfugiés urbains de Bangkok vient en aide à 28 enfants dont les familles, originaires du Laos, sont réfugiées en Thaïlande.

 

Je parraine

Progression : 45%

Enfants parrainés : 9 sur 20

Permettez la scolarisation des enfants réfugiés

Des réfugiés et demandeurs d’asile de plus de 40 nationalités différentes arrivent en Thaïlande en nombre croissant. Aujourd’hui, il y a environ 88000 réfugiés enregistrés et quelques 8000 demandeurs d’asile en Thaïlande.

La Thaïlande n’est pas signataire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés ni de son Protocole de 1967 et elle est dépourvue de cadre national d’asile formel. Cela signifie que la Thaïlande n’apporte aucune assistance aux demandeurs d’asile au sein de ses frontières.

C’est un programme que nous supervisons en collaboration avec le COERR, Catholic Office for Emergency Relief and Refugees ; partenaire historique d’Enfants du Mékong depuis de longues années maintenant ainsi qu’avec le BRC, Bangkok Refugee Center qui vient en aide à des familles demandeuses d’asile, notamment Laos et Hmongs.

Malgré leur clandestinité, ces familles craignent de rentrer dans leur pays et préfèrent donc rester en Thaïlande.

 

Votre parrainage permettra de payer les uniformes, cartes de santé pour les enfants réfugiés et leur permettre d’aller à l’école.

Après la mise en place de votre parrainage collectif, vous recevez un dossier complet présentant en détail notre action pour les enfants réfugiés de Bangkok. Années après années, vous verrez le programme évoluer, rayonner, grandir et vous recevrez régulièrement des nouvelles (témoignages de volontaires, etc…).

Je parraine ce programme collectif

Parcours d’une famille de réfugiés Lao

La famille est composée de dix personnes qui habitent dans un petit appartement de seize mètres carré. Le père de famille a fui le Laos car il a été accusé d’être contre le pouvoir en place. Lorsqu’ils sont arrivés en Thaïlande, ils ont fait une demande d’asile auprès de l’UNHCR qui a été refusée. La famille a décidé de rentrer au Laos, mais lors de leur retour, le frère du père de famille a été assassiné. Le père a pris peur et a décidé de retourner en Thaïlande afin d’assurer la sécurité de sa famille. Malheureusement l’UNHCR n’a pas voulu réenregistrer sa demande d’asile car le programme d’aide au Laos a fermé entre temps. Depuis ce temps-là, la famille vit de manière clandestine à Bangkok. Le père, ayant trop peur des contrôle de police, reste à la maison et ne peut travailler. C’est la maman et le fils aîné qui ont trouvé des emplois précaires à Bangkok qui font vivre toute la famille. Le second fils et la fille de la famille sont tous les deux scolarisés et vont bénéficier du parrainage du programme.

Découvrez les autres besoins de parrainage en Thaïlande