Former nos équipes locales au Vietnam sur le « travail social »

Aimer avant d’aider : voilà la ligne directrice de notre formation, chez Enfants du Mékong, de nos équipe locales.

Aujourd’hui, les inquiétudes de nos responsables locaux vis-à-vis de nos jeunes ne sont plus seulement matérielles (le fait que les filleuls manquent d’argent pour étudier) ou académiques (qu’ils s’efforcent de bien étudier) mais, un grand nombre d’entre eux nous a fait part de leur forte préoccupation face aux problèmes sociaux qui privent les enfants vietnamiens de la possibilité de devenir des adultes responsables, épanouis, cherchant aussi à mettre leurs talents au service du bon, du beau et du bien commun.

Les addictions aux jeux vidéo, l’absence des parents (abandonnant fréquemment leurs enfants après avoir trouvé un travail éloigné), la seule préoccupation matérielle qui pousse des jeunes très talentueux à mettre en sourdine leurs désirs pour rejoindre l’usine et un emploi d’ouvrier non-qualifié, etc. Voilà tant de situations courantes chez nos filleuls et que nous cherchons aujourd’hui à surmonter à l’aide de professionnels dans l’accompagnement des jeunes.

Des responsables de zone impliqués au Vietnam
Des responsables de zone impliqués au Vietnam
L'ethnie H'Mong de Pá Púa au Vietnam
L’ethnie H’Mong de Pá Púa au Vietnam

C’est pourquoi nous avons dédiés nos missions de septembre, au Vietnam, à la formation des équipes locales au travail social mais toujours guidés par notre ligne directrice : « Aimer avant d’aider ».

Nous avons donc conduit quatre jours de formations à l’aide de deux intervenants vietnamiens étonnants : Mr Uy et Mr Liem, l’un psychologue et l’autre animateur de groupes de jeunes.

Nos responsables locaux nous avaient demandé des formateurs de langue et de culture vietnamienne. Et, de notre côté, nous devions trouver des personnes fiables, professionnels et partageant les valeurs de l’association. Au Vietnam, nombre d’éducateurs travaillent dans un esprit d’obéissance aux règles. Si la place des enfants est très importante au sein de la société, il n’en reste pas moins qu’ils n’ont pas leur mot à dire face à un adulte qui leur énonce ce qu’ils doivent. Nos deux formateurs ont donc eu soin d’aider les équipes à démonter cette approche des jeunes à travers les seules règles ou des conseils trop orientés et très limitants.

Monsieur Uy, psychologue, spécialisé dans l’accompagnement d’enfants issus de milieux très défavorisés, a fait travailler nos équipes sur des techniques d’approche des jeunes afin de les aider à les sortir d’une situation d’échec. Quant à Monsieur Liem, c’est à travers des jeux et animations diverses qu’il est parvenu à montrer comment nous pouvions permettre à chaque jeune d’exprimer ses talents et de trouver sa place au sein d’un groupe.

La présence d’Enfants du Mékong dans la formation intégrale, hors du pur académique, fait donc son chemin dans l’esprit de nos équipes locales, de manière vivante et joyeuse pour aider nos jeunes à grandir.

Quelques réactions de nos équipes locales suite à la formation :

« J’ai compris comment nous pouvions développer une écoute des enfants de façon positive »

« Cette formation m’a permis de toucher le fond de la vie des jeunes, de toucher leur réalité à eux »

« Je voudrais vous remercier, grâce à cette formation, j’ai appris que le meilleur moyen d’accompagner les enfants à changer de comportement est de les aider à choisir eux-mêmes les moyens de ce changement, que nous ne pouvions pas les forcer à changer de voie sans eux, que nous devions aider les enfants à vivre leur vie et non une projection de la nôtre. J’ai vraiment aimé cela. »

Hélène Claveyrolas
Hélène Claveyrolas Responsable pays Vietnam Contactez-moi