Visite d’une filleule laotienne

Visite de Stanislas, volontaire Bambou au Laos, à une filleule.

« Je suis Stanislas et je suis le bambou coordinateur de programmes de la zone Vientiane et Paksane.

Il y a deux jours, la responsable Oblate qui s’occupe de l’un des programmes de Vientiane m’a appelé pour me proposer de rendre visite à la filleule Nam Oï. Nous nous sommes rendus chez elle en voiture. Nam Oï habite au Nord de Vientiane dans le quartier Dongdok, un quartier un peu à l’écart de la ville. La ville de Vientiane est répartie en quartiers, qui peuvent être considérés comme des villages indépendants. Il faut compter environ une demi-heure de voiture pour aller du centre de Vientiane jusqu’à chez elle.

Dans la maison, nous avons été accueillis par Nam Oï, sa mère, sa petite sœur et son petit frère. La maison est une petite bâtisse en béton très simple. Il n’y a pas de plafond entre le toit et les pièces. Lors des averses de la saison des pluies, de l’eau coule dans la maison à travers ce toit.

Nam Oï avec sa mère dans la pièce de vie de la maison. ©Stanislas, volontaire Bambou au Laos
Nam Oï avec sa mère dans la pièce de vie de la maison. ©Stanislas, volontaire Bambou au Laos
De gauche à droite : Namthan, Nam Oï, la mère, La Ou ©Stanislas, volontaire Bambou au Laos
De gauche à droite : Namthan, Nam Oï, la mère, La Ou ©Stanislas, volontaire Bambou au Laos

La mère de Nam Oï a divorcé il y a quelques années. Depuis, elle élève seule ses trois enfants. Cette année, Nam Oï est passée en M6, l’équivalent de la 1ére au Lycée en France. Nam Oï est bonne élève, elle se débrouille bien en classe. Elle souhaite pouvoir faire des études si elle en a la possibilité, dès qu’elle aura passé l’équivalent du baccalauréat. Elle veut faire des études de langues étrangères à l’université. Pour l’instant, elle n’a que deux heures d’anglais par semaine et le niveau est très faible dans les classes du Laos. Nam Oï souhaite avoir un meilleur niveau d’anglais et l’étudier davantage pour pouvoir devenir professeur de langues.

Le Lycée de Nam Oï se trouve à environ un kilomètre de sa maison. Tous les matins et tous les soirs, sa mère conduit les trois enfants à l’école. Ils n’ont qu’une moto pour faire les déplacements. Avant, quand les trois enfants étaient petits, elle pouvait les emmener en une seule fois, à quatre sur la moto, mais maintenant qu’ils sont plus grands elle doit faire plusieurs aller-retours.

Pour les trois enfants, l’inscription à l’école coûte 1 260 000 kips. Cela revient à environ 126€ par an en frais de scolarité. A cela, il faut ajouter les frais de matériel et les frais d’uniforme obligatoire et le transport. Pour payer la scolarité des enfants, leur mère a dû emprunter de l’argent.  Aujourd’hui encore, elle a des dettes.

La mère de Nam Oï vend des fruits et fait des grillades de viande. Elle place son étalage devant la maison et les voitures ou les voisins viennent acheter les produits lorsqu’ils passent à côté. La valeur de tout son étalage est de 500 000 kips, soit 50 euros. Si les ventes sont bonnes, elle arrive à dégager un peu de bénéfice mais les prix sont très variables au Laos. Parfois elle vend à perte ses produits. Tous les jours, en rentrant de l’école, les trois enfants aident leur mère à vendre les produits devant la maison.

Lorsqu’elle a un peu de temps libre, Nam Oï fait du badminton et du volley avec ses amis d’école. Elle en fait chaque semaine.

Malgré la pauvreté de la famille et le besoin d’aide de la mère de Nam Oï, elle sait qu’il est important pour ses enfants d’aller à l’école. Viengxay, la responsable des Oblates de Vientiane avec qui je suis en contact, rappelle souvent à Nam Oï qu’il ne faut pas abandonner sa volonté de faire des études. Elle sait que cela l’aidera à sortir de la pauvreté.

Le soutien de ce parrain à Nam Oï est indéniablement indispensable à la réussite de sa scolarité ! »

 

Stanislas, volontaire Bambou au Laos

Photo amusante du tee-shirt de Nam Oï : Il est habituel de voir des tee-shirt avec des textes en anglais au Laos. ©Stanislas, volontaire Bambou au Laos
Photo amusante du tee-shirt de Nam Oï : Il est habituel de voir des tee-shirt avec des textes en anglais au Laos. ©Stanislas, volontaire Bambou au Laos

Les enfants du Laos

Alice Peltié
Alice Peltié Chargée de pays Thaïlande – Laos Contact