Bourse d’études pour nos filleuls vietnamiens en études supérieures

Progression : 22%

73 791 € sur un objectif de 324 259 €

Présentation du projet

Au Vietnam, des milliers d’étudiants font face à des défis financiers qui menacent leur rêve d’accéder à une éducation supérieure. Des frais de scolarité élevés aux coûts de subsistance, beaucoup sont contraints de renoncer à leurs études, piégés dans le cercle vicieux de la précarité.

Le souhait d’Enfants du Mékong est de permettre à chaque jeune parrainé d’obtenir un diplôme et de trouver le métier correspondant à ses talents, afin de briser le cycle de la pauvreté et de devenir un modèle de responsabilité pour son pays. Cependant, certains de nos filleuls voient leurs études menacées par des facteurs qui leur échappent et que le parrainage seul ne peut résoudre.

Les solutions proposées

Enfants du Mékong a monté un projet de soutien aux étudiants vietnamiens en 2019. Après 5 années de mise en œuvre et plus de 1 200 étudiants aidés, nous souhaitons, en 2024, donner une nouvelle impulsion à ce soutien en mettant en place un projet ambitieux et pragmatique allant au-delà du seul soutien financier. Ce projet se décline en plusieurs volets :

  1. Bourses d’Études : financer des bourses d’études pour alléger le fardeau financier des étudiants et leur permettre de se concentrer sur leurs études.
  2. Infrastructures d’accueil : soutenir la mise en place de foyers abordables pour les étudiants, créant ainsi des environnements propices à l’apprentissage.
  3. Programmes de Mentorat : créer des partenariats d’entreprises et mettre en place des programmes de mentorat qui offrent un soutien académique et émotionnel aux étudiants, renforçant ainsi leur résilience et leur motivation.

Le soutien d’un étudiant pour une année est de 800 €

Cela inclut :
– Ses frais universitaires
– Sa nourriture quotidienne
– Son logement
– Une proposition de formation intégrale

étudiantes vietnamienne

Objectifs et Impact Attendu

  • Augmentation du Taux de Poursuite d’Études : Inciter 100% des filleuls d’Enfants du Mékong à poursuivre leurs études post-bac
  • Réduction des Abandons : Diminuer le taux d’abandon en cours de scolarité dans
    l’enseignement supérieur de 50% d’ici 2025
  • Amélioration des Conditions de Vie : Garantir à 100% des filleuls étudiants un logement décent et une alimentation suffisante, réduisant ainsi le stress lié à la précarité
  • Insertion Professionnelle : Assurer à 90% des diplômés un emploi dans les 6 mois suivant l’obtention de leur diplôme, favorisant ainsi leur autonomie financière
Van Anh Ancienne filleule

Van Anh est en 3ème année d’étude de Commerce à l’Université de Hanoi. Elle est parrainée depuis 2016 et a parcouru un sacré bout de chemin pour en arriver là où elle est à présent. En effet, Van Anh a été abandonnée par son père et sa mère alors qu’elle était encore très jeune. Elle est donc allée vivre avec sa grand-mère, âgée de 93 ans. Sa grand-mère a toujours fait son possible pour aider sa petite fille mais elle est trop âgée pour travailler et dépend donc de la générosité des uns et des autres.

Malgré ces difficultés, Van Anh a toujours fait beaucoup d’efforts à l’école. Elle a été récompensée en intégrant, en 2021, l’université. Malheureusement, malgré son travail à temps partiel, Van Anh peinait à payer ses frais de scolarité. Enfants du Mékong a donc aidé Van Anh en 2023, grâce à ce projet.

Contexte et besoin

Le Vietnam compte en 2020 près de 2 millions d’étudiants d’après l’UNESCO sur une population de 97 millions d’habitants. Seuls 10,2 % de la population vietnamienne âgée de plus de 25 ans dispose d’un niveau d’éducation équivalent à la licence. Les études supérieures restent réservées à une petite élite. En cause, leur coût excessif. Et pourtant, être en possession d’un diplôme d’études supérieures permet à son détenteur d’accéder à des emplois, certes pas toujours mieux rémunérés qu’un emploi en usine (par exemple, pour les enseignants), mais stables et moins pénibles.

Dans les grandes villes universitaires du pays (principalement Hanoi et Hô Chi Minh-Ville), de nombreux étudiants luttent contre des conditions de vie précaires, révélant les défis auxquels sont confrontés de nombreux jeunes du pays en quête d’éducation supérieure. Malgré les encouragements de l’État à poursuivre des études universitaires, des témoignages poignants de nos filleuls mettent en lumière une réalité difficile. Aujourd’hui, dans les régions de Hô Chi Minh-Ville et de Hanoï, le coût annuel d’un étudiant à l’université est d’environ 50 à 86 millions de VND (2 000€ à 3 440€) par an.

Si une grande partie des étudiants travaillent à temps partiel pour financer leurs études, cela ne suffit pas. Les salaires, payés à l’heure, sont aléatoires et les étudiants de certaines filières – en médecine par exemple – n’ont pas de temps libre à accorder au travail partiel. Il leur est possible de limiter les dépenses de logement (en s’entassant dans de petits studios) ou de nourriture (en ne mangeant qu’un repas par jour) mais il ne leur est pas possible de réduire leurs frais de scolarité.

Le logement représente un autre défi majeur. Les étudiants venant de provinces rurales à la capitale se trouvent souvent contraints à des conditions de vie exiguës, partageant des chambres étroites dans des immeubles surpeuplés.

Malgré ces défis de taille, une détermination inébranlable persiste chez nos étudiants. L’espoir de surmonter ces difficultés et d’améliorer leur situation économique demeure le moteur qui alimente leur persévérance.

Pour en savoir plus

Les points forts du projet

    • projet assure à tous les filleuls Enfants du Mékong au Vietnam le financement de leurs études sans interruption et leur permet donc de se concentrer sereinement sur leurs études
    • Ce projet permet une personnalisation dans l’accompagnement de chaque étudiant et constitue un relais efficace au parrainage

Les bénéficiaires

La proportion de nos filleuls faisant des études supérieures reste très faible : environ 10%. En cause, le coût excessif des études supérieures au Vietnam. Si le parrainage étudiant  est proposé, il ne permet de financer qu’une petite partie des dépenses imputées aux études supérieures.

En moyenne, nos filleuls en études supérieures évaluent leurs dépenses à 200€ par mois. Le parrainage étudiant ne couvre alors qu’environ 20% de leurs dépenses.

Ces filleuls sont particulièrement vulnérables du fait du poids financier important et de la pression familiale qui pèsent sur eux. En effet, la plupart doivent quitter leur campagne natale pour se rendre dans l’une des grandes villes universitaires du pays. Ils doivent alors être en mesure de se payer un loyer et de faire face à un coût de la vie plus élevé en ville qu’à la campagne. En plus de leurs dépenses pour la vie quotidienne, ils doivent payer leurs frais de scolarité, ainsi que divers frais annexes (fournitures, assurance, uniforme, etc.).

De nombreux étudiants jonglent entre plusieurs boulots, étudiant la journée et travaillant la nuit, au détriment de leur santé. La plupart d’entre eux sont également obligés de s’endetter auprès d’une banque pour faire face à toutes ces dépenses car leurs familles sont dans l’incapacité de les aider. En raison de toutes ces difficultés, chaque année, certains de ces jeunes abandonnent en chemin leurs études malgré l’implication de nos équipes locales.

Violaine Janssen
Violaine Janssen Relation donateurs et bienfaiteurs, responsable projets Contact