La Minorité Hmong

La minorité Hmong
La minorité Hmong

Les Hmong sont originaires des régions montagneuses du Sud de la Chine (région du Guizhou), au Nord du Vietnam et du Laos. Aussi appelés « Miao » ( Miáo), ce qui signifie « jeune pousse » en mandarin, ces peuples nomades, traditionnellement peu intégrés, se désignent eux-mêmes comme des « montagnards ». Il y a 300 ans, ils ont émigré de la Chine vers le Vietnam, le Laos, la Thaïlande et la Birmanie. Les Hmong seraient aujourd’hui 12 millions dans le monde, dont 10 millions en Chine et 1,2 million au Vietnam ; les 800 000 autres se répartissant entre le Laos, la Thaïlande, la Birmanie, et aujourd’hui les Etats-Unis, la France et l’Australie.

5 sous-groupes dominent : les Hmong rouges (Hmong Do), les Hmong noirs (Hmong Den) les Hmong blancs (Hmong Trang), les Hmong verts (H. Xanh) et les Hmong fleuris (H. Hoa).

Agé de 47 ans, le Père Pham Thanh Binh Phero, le responsable de notre programme de parrainage de SaPa, consacre sa mission aux populations Hmong de la province de Lao Cai, depuis juin 2006, date de son arrivée au sein de la paroisse de SaPa. « Leurs coutumes divergent de celles des Vietnamiens Kinhs car ils peuvent vivre en totale autarcie : traditionnellement agriculteurs montagnards itinérants et éleveurs de bétail, ils tendent aujourd’hui à se sédentariser à la suite de pressions politiques. Simples, honnêtes et fidèles (les qualificatifs qu’il emploie), ils se marient très jeunes – dès 13-14 ans – et parlent leur propre dialecte. Ainsi, lorsqu’ils ne sont pas scolarisés, les enfants Hmong ne savent pas parler le vietnamien. »

De fait, comme dans la plupart des minorités ethniques, beaucoup d’enfants Hmong, encore aujourd’hui, ne connaissent pas les bancs de l’école. Le plus souvent ils habitent loin de toute structure scolaire et leurs parents préfèrent qu’ils restent à la maison pour aider aux tâches ménagères ou faire paître le buffle. « Mais la plupart de ceux qui ont la chance d’être scolarisés terminent l’école primaire, explique le Père Binh. Ils sont de plus en plus nombreux à atteindre la fin du collège, mais une petite minorité seulement continue, aujourd’hui encore, au lycée. A de rares exceptions près, leurs instituteurs sont majoritairement Kinh car encore peu de Hmong sont instruits. »

Animistes, les Hmong rendent en général un culte aux esprits. Mais beaucoup d’entre eux ont été évangélisés à la fin du 19ème siècle par les pères missionnaires européens. Par conséquent, beaucoup sont aujourd’hui chrétiens : protestants ou catholiques. Le souci de préserver leur identité culturelle et leur indépendance les ont amenés à s’engager dans divers conflits comme la guerre d’Indochine, auprès des Français, la guerre du Vietnam, auprès des Américains ou la guerre civile laotienne.

 Grâce à vous, nous aidons 120 enfants, collégiens et lycéens de minorité ethnique Hmong, dans 7 programmes de parrainage du Nord-Vietnam !

 

Une femme Hmong ©Enfants du Mékong
Une femme Hmong ©Enfants du Mékong