James, un ancien filleul dans la vie active

James est un ancien filleul birman. Après l’obtention de son diplôme, il décroche un premier emploi dans la protection de l’enfance.

Claire-Marie, volontaire Bambou Birmanie en 2018/2019, a eu l’occasion dans le cadre de la coordination de programmes de parrainage de se rendre régulièrement dans la ville de Taunggyi, à 660 km au Nord-Est de Yangon. Il s’agit d’une ville de taille moyenne, Capitale de l’Etat Shan, où vit James. Ce jeune birman a étudié à l’école du SAG (Saint Aloysius Gonzaga).

L’école Saint Aloysius Gonzaga (SAG) est une école fondée par des jésuites et a pour vocation de former les futurs professeurs et dirigeants de demain. En effet, le pouvoir militaire Birman avait nationalisé la totalité des écoles dont d’excellents lycées et le niveau de l’enseignement avait alors sensiblement baissé. L’interdiction des écoles privées n’est plus effective en Birmanie depuis une petite dizaine d’années. Afin de pouvoir créer de nouvelles écoles privées, les jésuites ont été sollicités pour ouvrir une école de qualité dans l’objectif de former les futurs professeurs qualifiés de demain. Le SAG dont l’enseignement se fait totalement en Anglais est une école en 3 ans. James a été diplômé cette année !

James devant son école
James devant son école ©Claire-Marie, volontaire Bambou en Birmanie

 

James est diplômé
James est diplômé ©Enfants du Mékong

James est un jeune homme dynamique et très joyeux. Il est passionné par la musique, et aime beaucoup jouer de la guitare. Avant tout cela, il est très sensible au sort de son pays et de sa région, l’Etat Kachin, l’état le plus au Nord du Pays. Il souhaite s’investir pour le développement de son pays.

Dès l’obtention de son diplôme, James est parti comme volontaire dans le camp de déplacés de Palana, à coté de Myitkyina, capitale de l’Etat Kachin, il a très vite trouvé un emploi dans la même ville comme chargé de Mission pour l’ONG Catholique KMSS (Caritas), il travaille plus particulièrement sur le sujet de la protection de l’enfance.

James est désormais indépendant financièrement et n’a donc plus eu besoin du parrainage. Il est extrêmement reconnaissant auprès de son parrain qui lui a permis de réaliser son rêve !

Aider les enfants de Birmanie

Anne Monmoton
Anne Monmoton Responsable Birmanie Contact