Construction d’un foyer d’accueil pour les enfants déplacés de Pallaw, en Birmanie

Progression : 78%

32 811 € sur un objectif de 41 761 €

Présentation du projet

Construction d'un foyer d'accueil pour les enfants déplacés - PallawLa guerre civile en Birmanie, depuis le coup d’Etat militaire de février 2021, touche particulièrement l’Etat karen. De nombreuses familles ont dû quitter leurs villages, théâtre de conflits. Leurs enfants viennent trouver refuge dans les villes où la sécurité est assurée et où ils peuvent poursuivre leurs études, l’école étant ouverte.

A Pallaw, le Père John gère depuis plusieurs années un foyer d’une cinquantaine d’enfants. Avec la crise, près de 150 enfants sont désormais accueillis et vont à l’école à proximité.

L’objectif du projet est de construire un bâtiment supplémentaire pour accueillir les nouveaux enfants séparés de leurs familles.

MERCI pour votre aide et pour votre soutien !

Les points forts du projet

  • Offrir un refuge et un lieu de vie sûr aux enfants issus de familles déplacées de la région.
  • Assurer leur sécurité et les protéger de la violence des combats.
  • Permettre aux enfants de primaire et collège de poursuivre leurs études.
  • Réduire les inégalités d’accès à l’éducation dans les communautés touchées par le conflit.
  • Soulager moralement les parents qui peuvent retourner dans les villages, lorsque c’est possible, pour s’occuper de leurs biens.

Contexte et besoin

Durant les années 2020 et 2021, la population birmane a souffert de la crise sanitaire du Covid-19, puis du coup d’Etat militaire. Ces deux crises ont eu d’énormes répercussions. Six mois après le coup d’État, la tension s’est transformée en violence active dans la plupart des régions. Le nombre de violences a augmenté au sein du Conseil d’administration de l’État (CAE), des Forces de Défense du Peuple (FDP) et des armées ethniques.

Il y a de plus en plus de personnes déplacées dans la région de Pallaw. La junte pratique la stratégie des 4 coupures (nourriture, finances, communication et transport) dans certaines zones de violence active. Elle a anéanti une vingtaine de villages dans la région de Pallaw, en détruisant les biens et les plantations. Les victimes sont confrontées à des meurtres arbitraires, des tortures, des extorsions, des accaparements de terres, diverses formes de restriction de déplacements, des demandes d’argent, etc.

Suite aux graves violences de septembre 2021, des dizaines de communautés ont été contraintes de fuir. Les lieux d’hébergement temporaire les plus courants sont la jungle, les environs des villages et des écoles, les monastères et les églises. Des organisations d’aide internationale et locale s’occupent de fournir une alimentation de base, mais très peu d’organisations s’occupent de la protection des populations.

Souvent, après deux mois dans le camp, les adultes retournent dans leurs villages pour faire des plantations et laissent leurs enfants sur place. Ils s’inquiètent de leur sécurité. Jusqu’à présent, 50 enfants de 40 familles différentes sont restés dans le camp. Ils vont tous à l’école gouvernementale.

Durant l’été 2022, il y a eu de forts combats autour de Kadeh, la ville qui accueillait les collégiens du programme. Le père John a pris la décision de ramener tous les enfants à Pallaw. Les collégiens s’ajoutent donc aux lycéens et aux autres enfants déplacés. Le père John essaie de répondre aux besoins de tous les enfants.

 

 

Construction d'un foyer d'accueil pour les enfants déplacés - Pallaw

Construction d'un foyer d'accueil pour les enfants déplacés - Pallaw

Construction d'un foyer d'accueil pour les enfants déplacés - Pallaw

Les bénéficiaires

Les bénéficiaires directs de ce projet sont plus de 150 enfants venant de 13 endroits différents, tous situés dans des zones de guerre. Leurs parents sont retournés dans les villages, les enfants sont restés sous la surveillance du père John.

N’ayant pas de place pour eux, il les a dispatchés dans plusieurs zones : dans l’enceinte de l’église, dans deux maisons voisines et chez les sœurs de Saint François-Xavier.

Le responsable local

Father John Saw Pet Pet a 40 ans. Il est responsable d’un programme Enfants du Mékong et des deux foyers de Pallaw. Karen, il vient de la région de Tenasserim. Il connait bien la difficulté de l’éducation dans cette région et est personnellement  touché par les conséquences des combats qui s’y déroulent.

Avant d’être ordonné prêtre, le père John était professeur des écoles. Pour lui, le développement de son pays passe nécessairement par l’éducation des enfants. Bien que son métier d’enseignant le comblait, il s’est petit à petit senti limité dans son aide et dans son action auprès des jeunes karens. En effet, en étant enseignant, il ne pouvait aider qu’un seul village alors qu’il désirait faire davantage.

Construction d'un foyer d'accueil pour les enfants déplacés - Pallaw

Violaine Janssen
Violaine Janssen Relation donateurs et bienfaiteurs, responsable projets Contact