La banlieue de Saigon

Dans la banlieue nord-ouest de Saigon (Ho Chi Minh ville), Enfants du Mékong vient soutenir les familles vietnamiennes venues d’autres régions du pays pour tenter de mieux gagner leur vie. Sans papiers, fragilisées, ces familles ont des métiers précaires et des logements de fortune.

Je parraine

Progression : 100%

Enfants parrainés : 18 sur 18

Située au sud-est du Vietnam, « Hoc Mon » est un quartier excentré de la ville de Saigon.
De nombreuses familles vietnamiennes préfèrent quitter leur village d’origine et rejoindre cette ville en apparence prospère économiquement afin d’y trouver un travail mieux rémunéré. Les non-diplômés rencontrent des difficultés à obtenir un bon salaire par rapport au niveau de vie. Certains participent à des jeux d’argent et s’endettent rapidement. De plus, beaucoup de familles qui déménagent vers Saigon arrivent sans  papiers officiels. Cela complique leur quotidien, notamment la scolarité de leurs enfants.

Les métiers de ces classes populaires sont bien souvent précaires. Il s’agit de louer ses bras à la journée, en tant que « journaliers » : vendeurs de gâteaux ou de boisson dans la rue, femme de ménage, aide-maçons sur les chantiers… Ils gagnent un salaire modeste, entre 100 et 200 000 VND par jour (4 à 8 € par jour)…les jours où ils trouvent du travail uniquement.

Il est par ailleurs difficile de trouver un logement décent dans cette grande ville dont la population croît sans cesse. Les familles construisent alors des paillotes ou des maisons en tôles peu solides. Le long du Mékong, des petites habitations précaires et insalubres se multiplient. Ces habitats sont mal isolés et lors de la saison des pluies leurs occupants subissent une forte humidité et parfois des inondations. Pendant la saison sèche la chaleur devient au contraire suffocante !

La plupart des élèves arrêtent l’école avant le lycée. Une grande partie d’entre eux doivent aider leurs parents à subvenir aux besoins familiaux. Sans aide supplémentaire, ils sont découragés et ne voient pas l’intérêt d’aller à l’école. En outre, les familles immigrées ont rarement des papiers en règle, ce qui rend impossible ou difficile la scolarisation des enfants.

Votre parrainage permettra donc à ses enfants et leurs familles de vivre plus sereinement, et poussera les jeunes à poursuivre leur scolarité le plus longtemps possible.

Je parraine