A notre tour de donner !

« L’Espérance au Cœur » est une chronique hebdomadaire animée par Antoine Besson, journaliste et rédacteur en chef du magazine Asie Reportages.

« Bonjour chers auditeurs,

La maman d’un de nos filleuls (les enfants soutenus par un parrain en France qui paye pour leur scolarité en Asie et les soutiennent moralement) a souhaiter écrire un message au bienfaiteur de son fils. Voici ce qu’elle lui écrit :  » Mustafa promet d’être un bon élève et un bon enfant. S’il n’avait pas de parrain, il n’irait pas à l’école. Je prie pour lui, qu’il soit en bonne santé. S’il a l’opportunité de venir en Thaïlande, qu’il vienne, car c’est dur de répondre aux lettres car notre écrit est pauvre. Quand nous recevons les photos, nous sommes très heureux ! Le parrain n’est pas le père de Mustafa mais il est très bon avec notre fils « .

Mustafa est musulman et vit dans le bidonville de Tawitchailand en Thaïlande.

Petit garçon birman qui rigole en classe
Écolier birman ©Eloi Besson

Je tenais à vous lire ces quelques mots rapides non pas pour vous apitoyer sur le sort de Mustapha car cette mère pour qui la vie ne doit pas être facile ne s’apitoie pas. Sa vie est dure mais elle ne se plaint pas auprès du parrain de Mustapha. Au contraire elle est reconnaissante et met en avant son fils avec fierté. Elle confie tout cela à Dieu priant pour ce parrain qu’elle ne connaît pas et qui est bon avec son fils.

Le message de cette maman je dois vous l’avouer m’a ému. Il m’a interpellé aussi : nous disons avec beaucoup de facilité ce que nous désirons ou ce qui nous manque mais sommes nous capables de la même lucidité quand il s’agit de distribuer notre reconnaissance.

Pour ma part, les personnes qui m’ont accompagné, soutenu et guidé sont nombreuses. Il a fallu une armée de bonnes volontés pour me permettre d’être l’homme que je suis, la où je suis. Leur ai-je pour autant exprimé la reconnaissance qu’ils méritent ? Sont-ils ne serait-ce que conscients de ce que je leur dois ?

« Donnons tout ! »

Enfant de dos avec un arrosoir dans chaque main
Enfant dans les rizières ©Asie Cyclette

Cette femme s’excuse de son écrit pauvre mais c’est la richesse et la spontanéité de son cœur qu’il faut ici regarder. Il n’y a rien pour elle dans cette lettre. La maman de Mustapha donne tout pour son fils et son parrain. Elle nous montre par son exemple la voie de l’amour véritable. Sa lettre est d’une sagesse immense : elle nous dit avec le langage du cœur : « Si nous voulons être à la hauteur de ce que nous avons reçu, donnons à notre tour. Donnons tout ! » « 

Antoine Besson
Antoine Besson Rédacteur en chef du magazine Asie Reportages Contactez-moi