Soutenir les filleuls en études supérieures ou en formation professionnelle, en Thaïlande

Progression : 11%

5 536 € sur un objectif de 46 824 €

Présentation du projet

Formations pros, ThaïlandeLe souhait d’Enfants du Mékong est de permettre à chaque jeune parrainé d’obtenir un diplôme et de trouver le métier correspondant à ses talents. Cependant, certains de nos filleuls voient leurs études menacées par des facteurs qui leur échappent et que le parrainage seul ne peut résoudre :

  • Coûts (directs et annexes) des études trop élevés.
  • Impossibilité pour le parrain de passer d’un parrainage scolaire (28€) à un parrainage étudiant (43€).
  • Arrêt du parrainage.

Solution proposée : les filleuls concernés par les trois facteurs précédemment cités ont besoin d’un soutien financier personnalisé, possibilité qu’Enfants du Mékong leur propose via une caisse de solidarité alimentée par vos dons. Le projet a pour ambition de permettre à ces jeunes de poursuivre jusqu’au bout leurs études à l’université ou en formation professionnelle.

MERCI pour votre aide et pour votre soutien !

Les points forts du projet

  • Assurer à tous les filleuls d’Enfants du Mékong en Thaïlande le financement de leurs études sans interruption, leur permettant de se consacrer sereinement à leurs études.
  • Ce projet permet une personnalisation dans l’accompagnement de chaque étudiant et constitue un relais efficace au parrainage.

Contexte et besoin

Pour certains jeunes dont les coûts d’études supérieures sont élevés, le passage à un parrainage dit « étudiant » est demandé au parrain. Les parrains ne sont pas toujours en mesure de donner une suite favorable à cette demande. Sans cette hausse, le filleul doit trouver un autre moyen de financer la part des coûts liés à sa poursuite d’études dans l’enseignement supérieur, non supportée par un simple parrainage scolaire.

Formations pros, ThaïlandeLe filleul est parfois en partie soutenu par sa famille, en mesure d’avoir recours à un emprunt (montant raisonnable sans risque de futur surendettement de la famille ou du filleul), ou peut trouver un emploi étudiant. Lorsque ce n’est pas le cas, le filleul n’a aucune possibilité de financer par lui-même la partie non couverte par le montant du parrainage scolaire.

Parallèlement à cette situation, certains cursus universitaires sont très onéreux. C’est par exemple  le cas de la filière pour devenir infirmière. Le coût des frais annexes comme le logement dans les grandes villes, vient souvent alourdir le montant à payer. Dans cette situation-là, même le montant d’un parrainage étudiant n’est pas toujours suffisant pour couvrir tous les frais auxquels le filleul et sa famille doivent faire face pour permettre la poursuite d’études.

Il arrive aussi que certains parrains soient contraints de mettre fin au parrainage, alors que le filleul est en cours d’études supérieures. Le soutien d’Enfants du Mékong dans ce genre de cas est primordial pour éviter un décrochage scolaire.

Pour ces raisons, les filleuls ont besoin qu’Enfants du Mékong complète le parrainage existant ou prenne le relais.

Les bénéficiaires

Le projet permet de soutenir les 70 filleuls thaïs à l’université ou en formation professionnelle (pré ou post Bac). Ce soutien financier nécessaire est toujours évalué par les équipes locales. Il peut durer de quelques mois à plusieurs années.

Exemples de filleules bénéficiant de l'aide de la caisse solidarité

 

Supapohn a 18 ans. Elle vit à Don Yai Hom, à une soixantaine de kilomètres à l’ouest de Bangkok. Elle est actuellement en 2ème année de Bac professionnel, spécialité électricité. Le côté professionnalisant de cette formation entraine des coûts élevés par le matériel nécessaire aux cas pratiques ou encore par les uniformes spécifiques qu’il lui est demandé de porter. La demande de passage en parrainage étudiant n’ayant pas reçue de réponse favorable, Enfants du Mékong pallie donc au différentiel entre le total des coûts liés à la scolarisation de Susapohn et le montant que le parrainage permet de prendre en charge. Grâce à la caisse de solidarité, elle peut poursuivre sereinement les études pour lesquelles elle se passionne !

 

Rachanee est elle aussi âgée de 18 ans. Elle fait partie de l’ethnie Red Karen (qui ne parle pas le même Karen qu’en Thaïlande). Elle est d’origine birmane et vit dans la province de Mae Hong Son, à l’extrême nord de la Thaïlande. Lycéenne brillante, elle est retenue à l’université renommée de Chiang Mai ! Elle y étudie la langue et la culture birmanes. Son rêve est de devenir traductrice de Birman/Thaï afin d’aider les migrants birmans à régulariser leurs situations de sans-papiers. Les économies qu’elle est parvenue à réaliser grâce à son dernier job d’été sont loin d’être suffisantes pour combler la somme que le parrainage étudiant ne suffit pas à financer. En venant compléter le soutien précieux de son parrain, la caisse de solidarité permet à Rachanee de suivre les études qu’elle souhaite et est partenaire de l’atteinte future du rêve de cette jeune fille.

Formations pros, Thaïlande

Formations pros, Thaïlande

Violaine Janssen
Violaine Janssen Relation donateurs et bienfaiteurs, responsable projets Contact