Des nouvelles fraîches du centre de Preah Vihear

Un mot sur la situation au Cambodge

Le Cambodge reste un des pays du monde le moins impacté sanitairement par la Covid-19. Pour autant la fermeture des frontières et le ralentissement de l’économie mondiale a un impact fort. Les zones touristiques souffrent beaucoup mais les Cambodgiens s’adaptent : certains retrouvent le chemin de la campagne et des cultures vivrières ; d’autres montent de petits commerces de rue.

Le BAC a été octroyé fin décembre à tous les élèves de terminal suite à une année scolaire chaotique. Pour éviter cependant d’avoir des étudiants trop médiocres, de nombreuses universités d’Etat ont imposé un examen d’entrée aux jeunes et des milliers de bourses d’études « de pauvreté ou de priorité » ont également été offertes par le gouvernement.

Les équipes locales khmères et les volontaires bambous ont réalisé un travail remarquable durant ces derniers mois (cours en ligne, les méthodes de suivi de nos élèves). Nous avons même été salués par les autorités locales du ministère de l’éducation. Ce travail a été récompensé par un faible taux d’arrêt, malgré les circonstances et des notes très honorables aux examens de fin d’année des différentes classes d’âge.  Comme il n’y avait pas de jeunes dans les foyers, les bambous et le staff ont renforcé le suivi des jeunes dans leurs familles, ce qui a aussi permis de bien remotiver les jeunes.

Le ministère de l’éducation a mis en place une réforme éducative qui va dans la continuité de ce qu’EdM réalise depuis quelques années : le nombre d’élèves par classe va être réduit et l’accent sera mis sur l’ancrage des savoirs plutôt que sur le volume de connaissance souvent indigeste. EdM en a profité pour réduire dans ses centres le nombre d’heures d’enseignement, pour accentuer la pratique et l’auto-apprentissage (recherches, travail en groupe, tutorat). Les enfants n’en sont que plus épanouis et moins fatigués.

Des nouvelles fraîches du centre de Banteay Chhmar

Des nouvelles fraîches du centre

Comment se porte le centre et ses jeunes ?

Après 8 mois d’interruption suite à la fermeture des écoles dû à la pandémie de COVID19, le centre a finalement pu ouvrir ses portes en novembre. Les terminales ayant obtenus leurs examens de fin d’étude, ont pu intégrer leurs études supérieurs. Nous ré-accueillons les étudiants depuis début janvier : ca y est l’année 2021 est finalement lancée. Quelle joie de retrouver les étudiants, de les voir franchir la porte du centre tout sourire et bien sûr, de les entendre exulter de joie en retrouvant leurs camarades de vie.

Les enfants sont rentrés au centre la veille de la rentrée, ce fût l’occasion d’un grand « poulakam » (ménage en Khmer) tous ensemble : Installation dans les foyers, nettoyage, réparation des vélos pour le lendemain, distribution des nouveaux casques, etc.

Le tout dans la joie et la bonne humeur !

Nous avons organisé un OPEN DAY de rentrée en invitant tous les parents au Centre. Ce fût l’occasion de présenter les volontaires français, les projets de l’année et de reparler des règles et des valeurs d’Enfants du Mékong. Nous avons ensuite déjeuné tous ensemble dans les foyers, les enfants étaient ravis d’accueillir leur famille dans leur deuxième maison.

Des nouvelles de Preah Vihear

Des nouvelles de Preah Vihear

Des nouvelles de Preah Vihear

Des nouvelles de Preah Vihear

La promotion diplômée en 2020 !

6 élèves de la promotion 2019-2020 ont été diplômé. Bravo à eux !

Diplomés
Diplomés

Diplomés2

Témoignage des volontaires Alice et Adrien Cheynet

Adrien a bientôt 27 ans, Alice en a eu 28. Nous sommes tous les deux éducateurs spécialisés. Nous vivions à Lyon avant de nous marier le 02 Octobre dernier et de décoller 14 jours après pour une année de volontariat avec EdM au Cambodge.

Nous partageons le quotidien des enfants et de nos collègues Khmers, nous vivons au rythme Cambodgien : On a un peu laissé de côté la montre, pour prendre le temps ! Nous n’avons pas le temps de nous ennuyer, nous passons de découvertes en rencontres, de rencontres en émerveillement, d’émerveillements en frustration parfois aussi, car nos compétences, notre envie d’aider, notre énergie a aussi ses limites. Plus nous avançons dans notre mission et plus nous grandissons en humanité, en humilité, en patience !

Nous sommes impressionnés par l’autonomie et la débrouillardise des enfants et jeunes avec qui nous vivons. Néanmoins, nous sommes aussi attristés de leur manque d’éveil pédagogique, des carences éducatives et des apprentissages peu qualitatifs à l’école. Ce sont ces constats qui donnent davantage de sens à notre mission, aux activités que nous entreprenons, aux échanges que nous avons avec les filleuls, au projet pédagogique que nous tentons de mettre en place.

Nous croyons que le rôle des volontaires bambous est un réel rôle d’éducateur : présents pour permettre aux enfants davantage de proximité avec l’adulte, éveiller la curiosité, apprendre par le biais du jeu, faire ensemble, expérimenter les bienfaits de dire ce que l’on ressent et l’on pense, etc. Une présence qui vient, autant que possible, par de petites choses infimes, sublimer le quotidien. Nous plantons des petites graines, qui nous espérons germerons, et cela grâce à votre aide précieuse.

Les donateurs sont des maillons indispensables de cette chaîne humaine et pour cet engagement si précieux mais aussi si invisible que vous prenez, nous voulons vous dire un grand merci !

Alice et Adrien
Alice et Adrien Cheynet
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Plus d’informations sur la confidentialité de vos données ici.

Merci aux partenaires et donateurs

Merci à tous les généreux donateurs qui ont considérablement amélioré la vie de ces enfants !

Découvrir les projets EdM à Preah Vihear

Anne-Flore Aucoc
Anne-Flore Aucoc Chargée de pays Cambodge Contact