Manifeste
pour une nouvelle façon de voyager

Bons conseils pour voyager autrement.

Les effets du tourisme de masse sont délétères

Les effets du tourisme
de masse
sont délétères.

☛ Sites naturels et historiques menacés par la sur-fréquentation, gentrification des zones touristiques, constructions d’infrastructures dans des zones sensibles…

Pollution Asia

Chaque déplacement en avion ayant un coût pour la planète, voyager pour son seul plaisir n’est plus possible.

☛ 87% des Français souhaitent voyager de manière plus responsable mais près de la moitié d’entre eux ne savent pas comment s’y prendre.

voyager différemment

L'économie du voyage ne profite pas aux pays en développement.

☛ 80 à 85% du montant total d’un voyage ne revient pas au pays hôte.  Plus le pays visité est pauvre, moins la part qui lui revient est importante. Le reste alimente les caisses de différentes multinationales liées au monde du voyage : compagnie aérienne, chaîne d’hôtels, de restaurant, etc.

Et pourtant...

☛ Nous sommes convaincus que le voyage est une source incomparable d’ouverture et d’enrichissement.

Pourtant la rencontre entre les peuples et la découverte de la différence sont nécessaires. Le voyage est un outil de paix internationale.

☛ Pourtant le voyage est une source de rêve et d’aventure dont notre société a plus que jamais besoin.

Notre conviction : voyager autrement n’est pas un concept. C’est une nécessité.

 

Le voyage doit être un vecteur de rencontre au service du développement, et non une réponse à un désir égoïste de « faire » toujours plus de pays au détriment de leur développement.

Chaque année, quelques centaines de marraines et parrains rencontrent leur filleul en Asie.

Ce sont les marraines et parrains d’Enfants du Mékong qui ont guidé notre réflexion sur ces sujets.

Plusieurs centaines d’entre eux se rendent chaque année en Asie avec un objectif bien particulier :  rencontrer leur filleul. Une rencontre unique, utile et forte en émotion qui donne tout son sens au voyage.

Le parrainage : une réponse actuelle
à la question du sens du voyage.

rencontre

Depuis 1958, l’association Enfants du Mékong agit auprès des plus pauvres en Asie du Sud-Est. L’ONG s’appuie sur un maillage de bénévoles locaux au service des enfants : professeurs, associations locales ou communautés religieuses, ces héros de l’éducation font un travail remarquable pour le développement de leur pays.

L’association fonctionne sur un système de parrainage : une marraine ou un parrain en France aide un enfant en Asie. Ce soutien est à la fois financier (le parrain envoie 28€ par mois, qui permettront à son filleul de payer les frais de scolarité, d’acheter le matériel scolaire et de bénéficier de cours complémentaires) et moral : un enfant parrainé reçoit des lettres de son parrain, des encouragements, et la certitude qu’il y aura toujours quelqu’un pour le soutenir jusqu’au bout de ses études.

Avec le temps, une relation se créée entre parrain et filleul.

Si la formule fait ses preuves depuis plus de 60 ans, elle est une réponse actuelle à la question du sens du voyage. 200 marraines et parrains entreprennent chaque année un voyage en Asie dans le but de rencontrer leur filleul. S’ils en profitent pour visiter le pays, cette rencontre est souvent l’élément central de leur voyage, et à chaque fois le moment le plus marquant.

Histoire d'une rencontre

Rencontrer son filleul, c’est prendre le risque d’aller là où les touristes ne vont pas. C’est aller dans un bidonville, dans une plaine reculée, dans les montagnes isolées.

C’est aussi et surtout prendre le temps. Emprunter les transports locaux, pour se rendre dans des zones délaissées. Prendre le temps d’une rencontre authentique et sincère.

Sur place, un volontaire de l’association et / ou un responsable local accompagne la marraine ou le parrain, lui servant à la fois de guide et d’interprète si besoin. Ces accompagnateurs sont des clés de lecture essentielles pour comprendre une culture si différente de la nôtre.

Rencontrer son filleul, c’est s’immerger quelques heures dans le quotidien d’une famille aux antipodes de la nôtre. C’est partager des moments d’une grande simplicité. C’est simplement être présent, offrir du temps pour une famille qui ne reçoit jamais personne, et qui est honorée de cette visite. C’est comprendre que notre seule présence peut avoir un impact fort sur la construction de notre filleul(e). C’est enfin et surtout transformer la vie d’un enfant en lui permettant d’aller à l’école et de reprendre en main son destin.

Voyage en famille pour rencontre Chen, un filleul birman issu de la minorité ethnique des Karens. Un long périple pour atteindre le village...

Une rencontre en vidéo

Une marraine de notre association rencontre son filleul. Elle nous raconte ce moment unique en une courte vidéo.

Témoignage 

Grâce à la volontaire qui nous accompagne et à la responsable laotienne, nous commençons à échanger avec Chai, notre filleule. Quel plaisir de découvrir une jeune fille pleine de sensibilité et finalement si éloignée de l’image que nous avions d’elle ! Le grand-père nous invite à dîner chez les parents de Chai avec toute sa famille et plusieurs habitants du village qui viennent partager le repas. Nous sommes très émus de participer à une petite cérémonie du « Baci ». Nous recevons ainsi, de toutes ces personnes du bout du monde, des vœux de santé et de bons souhaits pour la suite de notre voyage.

Que de sentiments partagés en ces brefs instants : ces quelques heures passées dans ce petit village resteront un souvenir inoubliable. Tout le sens de notre parrainage s’est, en quelques instants cristallisé.

Ils s'engagent avec nous ✓

VICTOR HABCHY - Photographe
@victorhabchy

"J’ajouterai juste que voyager autrement est aussi une source immense de joie et de découverte !"

Marine, Adventhai

MARINE - Blogueuse
@adventhai

Alex Sattler

ALEXANDRE SATTLER - Photographe
@gaiaimages_photography

"Le voyage fait partie du rêve de l’humanité, à nous de nous réinventer pour le rendre plus solidaire et engagé"

JILL COULON - Réalisatrice
www.jillcoulon.com

« Voyager, s’immerger dans une autre culture, devrait être obligatoire tant l’expérience nous aide à grandir »

Depuis 1958, l'association Enfants du Mékong s'adapte pour répondre au mieux aux demandes du terrain. Voulue comme un lien d’amitié avec les peuples d’Asie du Sud-Est, elle est restée fidèle à sa vocation première : aimer et secourir les enfants pauvres et souffrants en leur offrant un avenir grâce à l’instruction.

Le parrainage est un engagement dans la durée, auprès d'un enfant qui a besoin d'un soutien financier pour aller à l'école.

Restons en contact

Veuillez entrer votre nom.
Veuillez entrer un message.