Les montagnards oubliés des Hauts Plateaux

H’Mong, M’Nong, Cil, Lach, Khoho… autant de noms qui ne vous disent peut-être rien. Quelques milliers de personnes défendent pourtant fièrement ces cultures, sur les Hauts Plateaux vietnamiens. Au risque d’être mis à l’écart par la société…

Je parraine

Progression : 56%

Enfants parrainés : 13 sur 23

J'ai un rêve...

Permettre à tous les enfants, même les plus pauvres, d’aller à l’école. Les mener vers un métier digne pour qu’ils puissent à leur tour aider leur famille. Telle est notre ambition, tel est notre rêve.

Aller à l’école représente une chance inestimable pour ces enfants très pauvres des Hauts Plateaux Vietnamiens.

Des populations oubliées

Au coeur des Hauts Plateaux vietnamiens, vivent des familles H’Mong, M’Nong, Cil, Lach, ou Khoho. Ces minorités ethniques possèdent leur langue, leur culture, leurs traditions. Une identité qu’elles défendent farouchement. Au risque d’être laissées pour compte, ostracisées.

Dans cette région isolée, l’agriculture est manuelle. Les infrastructures sont mauvaises, l’accès au soin compliqué, les investissements très faibles.

Les familles de ces minorités ethniques vivent dans une grande pauvreté. Beaucoup souffrent de malnutrition. Toutes ressentent un réel manque d’égalité par rapport au reste du pays.

Envoyer un enfant à l’école est déjà un défi en soi. L’école est loin, la route est mauvaise. Il faut acheter les uniformes, le matériel scolaire, les livres. En plus de cela, les enfants ne parlent que la langue de leur ethnie, alors que l’école est en vietnamien. Ajoutez au tableau un grand besoin de main d’œuvre dans les champs, et vous comprendrez pourquoi beaucoup de familles renoncent à mettre leurs enfants à l’école.

Aujourd’hui encore, près de 600 000 enfants de primaires ne vont pas à l’école au Vietnam (Source Unesco 2021). Pourtant, la pauvreté n’est pas une fatalité, et des solutions simples existent.

Une famille soutenue par notre association

Les solutions pour sortir de la pauvreté existent

Refusant la fatalité, une petite sœur ayant voué sa vie aux plus pauvres a décidé de relever ses manches. De manière pragmatique et ordonnée, elle a trouvé un moyen simple et efficace de répondre aux deux grandes problématiques de la région : la malnutrition et la déscolarisation. 

Elle anime en effet une petite école informelle dans laquelle les enfants les plus pauvres ont accès :

-à un repas équilibré, servi chaque jour aux élèves.

-à des cours de qualité, donné dans leur langue et en vietnamien. Ces cours de « rattrapage » permettent aux enfants des différentes minorités d’apprendre le vietnamien, pour pouvoir suivre les cours de l’école publique. C’est aussi un moyen de rattraper leur retard scolaire et d’avoir une aide pour les devoirs ou les apprentissages. En effet, leurs parents ne sont pour beaucoup jamais allés à l’école.

Prenez part à la solution

Ainsi, 70 enfants et jeunes peuvent manger à leur faim, apprendre à lire, écrire, compter et à parler la langue de leur pays. 

Soutenez cette initiative pour que l’école informelle de Da Tong puisse continuer d’accueillir gratuitement les enfants les plus pauvres. Parrainez cette école pour que les montagnards des Hauts Plateaux puissent à leur tour aller à l’école, et espérer un avenir meilleur.

Pour 28 € / mois, soient 7 € après déduction fiscale, vous permettez à cette école de continuer sa mission !

Je parraine